Coralie Demay offre enfin une première victoire pour St-Michel-Auber 93

Coralie Demay offre enfin une première victoire pour St-Michel-Auber 93

Quelle fin de semaine en apothéose pour St-Michel-Auber 93 ! Après de nombreux podiums obtenus cette saison, Coralie Demay a enfin levé les bras, ce lundi à l’occasion de la septième est dernière étape du Tour cycliste féminin international de l’Ardèche (TCFIA). Grâce à cette belle victoire, la Bretonne, 29 ans, a remporté le maillot de la meilleure grimpeuse. Au classement général, Demay termine septième à près de six minutes de la gagnante de cette 20e édition, l’Allemande Antonia Niedermaier (Canyon // SRAM Generation).

Les Madeleines commençaient à se demander si elles n’étaient pas maudites ! Depuis le début de la saison, les filles de Saint-Michel-Auber 93 tournaient autour de cette première victoire. Il aura fallu attendre ce lundi 12 septembre sur la septième et dernière étape du Tour cycliste féminin international de l’Ardèche (TCFIA)pour pour enfin voir Coralie Demay lever les bras sur une course internationale.

« Je suis vraiment contente d’offrir cette victoire à l’équipe. On tourne autour depuis un moment, avec beaucoup de podiums mais ce succès nous manquait. A titre personnel, lever les bras après 3 années, ça fait du bien. Cela concrétise ma saison », a expliqué Coralie Demay sur les réseaux sociaux de la formation francilienne.

Lire Aussi : Le Classement complet du TCFIA

Deuxième sur la Classique Morbihan, le 13 mai, et le 7 août sur la dernière étape du Tour des Pyrénées à Lourdes, la Morbihannaise, âgée de 29 ans, espérait retrouver le chemin de la victoire. Pour trouver trace de son dernier succès sur la route, il faut remonter au 18 août 2019.

En s’imposant en solitaire à Privas, la Bretonne a rompu avec le signe indien. À cette occasion, la sociétaire de St-Michel-Auber 93 en a profité pour remporter le classement de la meilleure grimpeuse.

Au général, la Bretonnetermine septième à près de six minutes de la lauréate de cette 20e édition, l’Allemande Antonia Niedermaier (Canyon // SRAM Generation). Cela reste tout de même de bon augure pour cette fin de saison avec en ligne de mire les championnats du monde de cyclisme sur route qui auront lieu du 18 au 26 septembre en Australie.

Ça roule pour les filles

Ça roule pour les filles

Ce samedi 21 mai à la Cité Fertile à Pantin (Seine-Saint-Denis), l’Addax club parisien a organisé la deuxième édition du défi « 200 nanas sur 200 km ». Parmi les 130 partantes, Maude, Patricia, Julie et Gabrielle avaient à coeur de prendre part à cette belle manifestation en faveur de la pratique cycliste longue distance.

Il est un peu moins de 16 heures, ce samedi 21 mai lorsque Maude, âgée d’une quarantaine d’année, arrive la première à la Cité Fertile à Pantin (Seine-Saint-Denis) après un peu plus de huit heures d’effort sur le vélo. « Cela fait toujours plaisir d’être la première, souffle la spécialiste de triathlon longue distance. J’ai passé un super moment sur le vélo aujourd’hui (samedi). Le temps était agréable pour rouler et je n’ai connu aucun souci mécanique sur la route. je ne peux qu’être contente de cette journée. » Les autres concurrentes allaient arriver tour à tour dans cet fin d’après-midi.

Quelques heures plus tôt, les organisateurs de l’Addax club parisien espéraient un peu plus de monde sur cette deuxième édition du défi « 200 nanas sur 200 km ». Contrairement à l’année dernière, le record de 192 partantes ne sera pas battu. Ce samedi, elles n’étaient que 130 à s’élancer de Pantin.

« Je suis forcément un peu déçue car j’aurais aimé avoir 200. Je pense aussi que l’on a communiqué un peu tardivement sur cet événement car de nombreuses manifestations ont été maintenues le même jour. On aura tout de même passé une superbe journée sous d’excellentes conditions météorologiques », relativise l’organisatrice de cet événement, Élisabeth Lavaill.

Un tracé exigeant

Une fois partie de la Cité Fertile, les concurrentes se dirigeaient vers les premières difficultés de la journée, avec la montée sur le plateau de Montmorency. Derrière, la difficile côte de Saint Leu pourrait faire très mal aux cuisses. Le premier ravitaillement à Gisors (Eure) pourrait faire un bien fou.

La suite du parcours jusqu’à La Roche-Guyon (Val d’Oise), deuxième pointage de la journée, s’annonçait plus abordable. Pour Julie, en pleine préparation pour réaliser l’intégralité des étapes du Tour de France, un jour avant les professionnels, avec les filles de Donnons des Elles au Vélo j-1, ces derniers kilomètres pouvaient paraître interminables.

« Si on est toute seule seule sur la route, cela peut-être compliqué psychologiquement. On essaie de croiser d’autres filles pour faire la randonnée ensemble. Cela nous permet d’échanger mais surtout de passer le temps », explique la jeune femme de 26 ans. Depuis Pontoise (Val d’Oise), lieu du dernier ravitaillement, il fallait effectuer le retour vers Pantin. Pas une mince à faire dans une circulation aussi dense en région parisienne.

Plus de visibilité pour le cyclisme féminin longue distance

« Lorsque l’on arrivait à Argenteuil, cela bouchonnait de partout. Les gens étaient stressés. Ce n’est jamais agréable de se retrouver dans les voitures, malheureusement, on ne peut pas y échapper. Cela gâche un peu la fête », regrette un peu Patricia. L’essentiel était sans doute ailleurs pour ces femmes qui pratiquent le cyclisme longue distance.

De son côté,Gabrielle, âgée d’une trentaine d’années et venue de Nantes pour l’occasion, espérait bien faire changer les mentalités autour de la pratique cycliste féminine. « On constate qu’il y a encore beaucoup de filles qui n’osent pas s’y mettre car il faut le reconnaître, le vélo reste un sport très masculin. Ce genre de manifestation offre plus de visibilité pour les féminines », reconnaît celle qui essaie de développer le cyclisme féminin au coeur de son territoire. C’est donc une journée plus que réussie pour la promotion du sport fméinin en Ile-de-France.

St-Michel-Auber 93 se voit déjà sur le Tour

St-Michel-Auber 93 se voit déjà sur le Tour

Programmée traditionnellement en début d’année, la présentation des équipes de St-Michel-Auber 93 a été reportée en raison de la crise sanitaire. Cette soirée a finalement eu lieu ce mercredi 20 avril à l’Embarcadère d’Aubervilliers. L’occasion était alors toute trouvée pour  mettre à l’honneur sa section féminine qui vient de décrocher son invitation pour participer à la première édition du Tour de France femmes avec Zwift (24 au 31 juillet).

D’habitude, la présentation des effectifs de St-Michel-Auber 93 avait toujours lieu en janvier. Cette année, en raison de la crise sanitaire mondiale, cet événement a été reporté. C’est la raison pour laquelle on se retrouve ce mercredi 20 avril à l’Embarcadère d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) pour mettre à l’honneur section féminine, dirigée par Charlotte Bravard.

Depuis plus d’une décennie, la formation francilienne s’est engagée en faveur du cyclisme féminin et leur permettre aujourd’hui d’être professionnelle. « C’est le fruit d’un travail parfois ingrat et; qui ne se voit pas, parfois dans l’ombre pour préparer les courses et être au rendez-vous des grands événements. Grâce à votre engagement, et au soutien de vos nombreux partenaires, nous avons eu le bonheur d’apprendre que St-Michel-Auber 93 participera à la première édition du Tour de France femmes avec Zwift », s’enthousiasme la maire d’Aubervilliers, Karine Franclet.

Lire Aussi : Revivez le Live de la soirée de présentation de St-Michel-Auber 93

Du 24 au 31 juillet, six filles de St-Michel-Auber 93 auront la chance de faire partie de ce moment d’histoire pour le cyclisme féminin. Elles s’y voient déjà pour certaines.

« On a une opportunité unique de pouvoir participer à cette première édition du Tour de France femmes. J’espère pouvoir briller sur les premières étapes même s’il faudra rester très réaliste. Bien évidemment, avec l’équipe, on va tenter de tirer notre épingle du jeu mais surtout de montrer le maillot sur ce Tour », se réjouit Élodie Le Bail.

Se rapprocher du niveau World Tour

Même si l’équipe St-Michel-Auber 93 ne fera pas partie des favorites, elle ne viendra pas sur ce grand rendez-vous international pour faire de la figuration. « Certes, on va évoluer avec des formations World Tour mais on se doit d’avoir de vrais objectifs pour performer sur cette épreuve. Sur les sprints massifs, on aura une belle carte à jouer avec Élodie Le Bail. Sur la suite du parcours, on tentera de mettre des filles à l’avant. Et cela pourrait nous sourire », précise sa directrice sprotive, Charlotte Bravard .

Pour l’instant, la formation francilienne, qui vient tout juste de passer en Continental Pro, est encore loin du niveau des équipes évoluant en World Tour mais mais travaille dur pour s’’en rapprocher. Les protégées de Charlotte Bravard pourront se jauger sur des courses à étapes avant d’arriver sur le Tour. Rendez-vous ce 24 juillet prochain face à la Tour Eiffel pour à nouveau faire rêver de nombreuses jeunes filles…

Ramona Bachmann délivre le PSG

Ramona Bachmann délivre le PSG

Victorieuses à l’aller (2-1), les Parisiennes ont arraché leur qualification pour le dernier carré de la Ligue des champions grâce à un but inscrit par Ramona bachmann en prolongation face au Bayern Munich (2-2), ce mercredi soir au Parc des Princes en quarts de finale retour de la C1. Les joueuses de la capitale affronteront en demies le vainqueur du match entre l’Olympique Lyonnais et la Juventus Turin.

Il y a encore quelques temps, personne ne connaissait Ramona Bachmann. Ce mercredi soir au Parc des Princes devant plus de 27 000 spectateurs, son nom est sur toutes les lèvres. La raison ? L’Internationale suisse vient de délivrer le PSG en inscrivant le but de la qualification en prolongation face au Bayern Munich (2-2).

« Je pense que nous n’avons pas bien commencé le match. Notre entame n’était pas bonne. L’équipe a été meilleure en seconde période. Les deux équipes étaient fatiguées en fin de match. Mais nous avons continué à nous battre pour marquer ce but mérité », a-t-elle réagi au micro de PSGTV.

Plus tôt dans la soirée, Sandy Baltimore avait donné l’avantage au club de la capitale 1-0,17e). Deux minutes plus tard, Saki Kumagai égalisait pour le Bayern Munich avant que Léa Schüller ne remette les deux équipes à égalité sur l’ensemble des deux rencontres. Les Bavaroises poussent alors les Parisiennes en prolongation.

Entrée à la 93e minutes, Ramona Bachmann ne pas mettre longtemps pour se créer ses premières occasions. Et à la 112e, l’Internationale suisse fait chavirer de bonheur le Parc des Princes.

Les Parisiennes disputeront les demi-finales de la Ligue des champions pour la troisième année consécutive. Dans ce dernier carré, les partenaires de Marie-Antoinette Katoto pourraient affronter le vainqueur du match entre l’Olympique Lyonnais et la Juventus Turin. Les Parisiennes seront fixées ce jeudi soir…

Longchamp célèbre le cyclisme féminin

Longchamp célèbre le cyclisme féminin

Ce samedi 19 septembre, 180 filles ont participé à l’opération « Vivre vélo au féminin » organisée par l’association vélo Longchamp, la FDJ et la Fédération française de cyclisme (FFC) sur l’anneau cyclable de Longchamp. Une belle occasion pour promouvoir le cyclisme féminin à Paris.

Vivre vélo au féminin à Longchamp

Les filles se préparent avant de prendre le départ de la première randonnée sur l’anneau cyclable de Longchamp prévue à 15 heures. (Crédit vidéo : Les Reines du Vélo) #Vivreveloaufeminin Fédération Française de Cyclisme (FFC) @Sprinteur Club Féminin – N2 FDJ

Publiée par Les Reines du Vélo sur Lundi 21 septembre 2020

Ce samedi 18 l’association vélo Longchamp, avec le soutien de la Fédération française de cyclisme (FFC) et la Française des Jeux (FDJ), a mis sur pied un événement, en l’espace de deux mois seulement, pour promouvoir le cyclisme féminin sur l’anneau cyclable de Longchamp. Et la journée a été un franc succès. En effet, 180 filles ont répondu présentes à leur appel.

« C’est une grande réussite pour nous. On est contents car il y avait des élus mais surtout de nombreuses femmes our venir rouler sur l’anneau cyclable de Longchamp. Le plus important, c’est de se sentir à l’aise et en sécurité pour rouler au cœur du bois de Boulogne », souriait le secrétaire général de l’association vélo Longchamp, Gabriel Blanchong.

Le concept était simple. Les filles avaient jusqu’au 14 septembre pour s’inscrire. Une fois le sésame obtenu, elles étaient réparties sur trois randonnées programmées entre 15 et 18 heures. Sur les différents créneaux, une ambassadrice de la FFC était présente pour les encadrer.

Vivre vélo au féminin à Longchamp

Revivez l’arrivée de la première randonnée de l’Opération “Vivre vélo au féminin”, qui avait lieu ce samedi après-midi sur l’anneau cyclable de Longchamp (Crédit vidéo : Les Reines du Vélo) Sprinteur Club Féminin – N2 Fédération Française de Cyclisme (FFC) Vélo Longchamp FDJ

Publiée par Les Reines du Vélo sur Dimanche 20 septembre 2020

À l’arrivée, les filles étaient contentes de leur après-midi sur l’anneau cyclable de Longchamp. « C’est vrai qu’à Longchamp, on ne voit pas souvent de femmes qui tournent sur cet anneau cyclable situé au coeur du bois de Boulogne. C’était un chouette de rouler au sein d’un peloton 100% féminin, expliquait, Estelle, âgée de 14 ans. Même si c’est parti un peu vite, au début, j’ai passé une bonne journée sur le vélo. »

Un sentiment partagé par le seul tandem présent pour cet événement. Même si ce n’est jamais simple de rester dans les roues sur un circuit, qui sera rénové dès l’automne 2020. « Je suis moins à l’aise lorsqu’il y a de gros pelotons. Comme je suis derrière sur le vélo, je ne sais pas quand il faut appuyer ou on sur les pédales. Au final, on n’était pas un trop gros peloton. Tout s’est bien passé », racontait sa co-pilote Héloïse Courvisier.

Ali Oubaali : Promouvoir la mixité totale

Pour Carolina Menezes-Ferreira, c’était sa première expérience sur le tandem. Il fallait dompter la machine sur cet anneau cyclable de Longchamp.

« J‘ai l’habitude de tourner à Longchamp en solo. Je ne trouve pas l’anneau très sécurisant lorsque l’on est au coeur des pelotons. Là, avec le tandem, les premiers coups de pédale ont été un peu difficiles. Une fois que l’on a compris comment cela fonctionne, ce n’est pas plus compliqué que de faire du vélo en solo. Au final, comme l’a dit ma co-pilote, la journée s’est bien passée pour nous », précisait la pilote d’Héloïse.

Gabriel Blanchong : « Faites-vous plaisir à Longchamp. Profitez de cet endroit car c’est le vôtre »

Pour rappel, « Longchamp a une tradition avec le cyclisme féminin. Dès les années 18880, il y a eu une première course féminine. Il y a des femmes qui se sont dit que c’était normal de rouler à Longchamp. Continuez à le faire. Venez rouler seule, ou en groupe. Mettez-vous dans les pelotons et faites-vous plaisir à Longchamp. Profitez de cet endroit car c’est le vôtre ».

Le cyclisme féminin est l’affaire de tout le monde. Reste au monde politique de le porter haut et fort, à quelques années des Jeux olympiques et paralympiques de Paris en 2024.

Ali Oubaali : « Aujourd’hui, il y a encore du travail à faire dans notre société pour l’égalité femmes/hommes »

« Aujourd’hui, il y a encore du travail à faire dans notre société pour l’égalité femmes/hommes. Et ce dans tous les sphères de notre société, a constaté l’adjoint au maire du 16e en charge des Sports, Monsieur Ali Oubaali. Cette opération à Longchamp est une très belle vitrine pour la mairie de Paris mais surtout celle du 16″ afin de promouvoir une mixité totale et parfaite au coeur de notre ville. On envoie un message fort à tous ceux et celles qui en douteraient. »

En attendant l’avénement du cyclisme féminin, l’histoire serait belle si le Tour de France féminin 2022 passerait sur cet anneau cyclable de Longchamp. « Une fois rénové et sécurité, on milite pour que Longchamp soit un vrai lieu d’entraînement pour les cyclistes. Et pour accueillir de beaux événements au coeur du bois de Boulogne », annonce le secrétaire général de l’AVL. Longchamp a donc pris rendez-vous avec l’avenir…

Le PSG s’offre le Real Madrid

Le PSG s’offre le Real Madrid

C’était le choc attendu en Ligue des champions entre le Paris Saint-Germain et le Real Madrid.
Un match qui a vite tourné au cauchemar pour la section féminine du club merengue.
Grâce à un doublé de Marie-Antoinette Katoto, un but de Sara Däbritz, et un but contre son camp de Rocio Galvez, les Parisiennes ont corrigé le Real Madrid (4-0), ce mardi soir au Parc des Princes. Les joueuses de la capitale décrochent ainsi une troisième victoire en trois matches dans cette phase de poules.
Les deux équipes se retrouveront pour l’acte II, le 18 novembre prochain à Madrid. En cas de succès en Espagne, le PSG pourrait ainsi composter son billet pour les quarts de finale de la Ligue des champions.