Tous en selle : Jeanne Le Pêcheur tient le haut de l’affiche

Tous en selle : Jeanne Le Pêcheur tient le haut de l’affiche

À seulement 19 ans, Jeanne le Pêcheur se raconte dans un film documentaire qui sera projeté ce vendredi soir au Grand Rex à Paris, à l’occasion du festival Tous en Selle. Atteinte d’une infirmité motrice cérébrale, cette passionnée de sport, qui pratique le handbike sur route depuis quatre ans au sein de la section handisport du VCESQY Team Voussert (Yvelines), s’est fixé l’objectif de sa vie : celui de participer aux Jeux Paralympiques de Paris en 2024. Le rendez-vous est pris pour Jeanne Le Pêcheur.

Fort de son succès des deux premières éditions, « Tous en selle » fait son retour au Grand Rex à Paris. Ce vendredi les fans de vélo et de cinéma pourront passer une belle soirée. Durant près de trois heures, neuf films documentaires d’une durée allant de trois à vingt minutes seront diffusés sur le plus écran au monde.

À travers ces images, de nombreuses d’autres pratiques du vélo telles que le VTT, le vélo de route, le handbike, le VAE, et le Gravel seront mises à l’honneur. Ce sera surtout l’occasion de découvrir de magnifiques histoires au parcours de vie hors du commun.

Parmi elles, Jeanne Le Pêcheur impose le respect. À seulement 19 ans, la jeune femme, atteinte d’une infirmité motrice cérébrale, a accepté son handicap grâce au sport. Depuis quatre ans, elle pratique le para-cyclisme dans la discipline handbike au sein de la section handisport du VCESQY Team Voussert (Yvelines).

Aujourd’hui, elle voit déjà plus loin. La jeune femme, qui étudie à l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines, rêve de performer au plus haut niveau. Elle met ainsi toutes les chances de son côté pour y parvenir. Car la coureuse cycliste handisport s’est fixé un nouveau défi : celui de participer aux Jeux Paralympiques de Paris en 2024 Jeanne Le Pêcheur prend date avec l’avenir…

Le Programme de la soirée :

Le Tour du SLAC

Accordez vos vélos

Home Sweet Home

Jeanne on the Road

On se nachav’ à la Ciotat

Namibia

Avec les toqués du KOM : Bienvenue dans la galaxie parisienne de la Strava Wars

Le TDF d’Ofé

The Rise of Hodgy

Coralie Demay offre enfin une première victoire pour St-Michel-Auber 93

Coralie Demay offre enfin une première victoire pour St-Michel-Auber 93

Quelle fin de semaine en apothéose pour St-Michel-Auber 93 ! Après de nombreux podiums obtenus cette saison, Coralie Demay a enfin levé les bras, ce lundi à l’occasion de la septième est dernière étape du Tour cycliste féminin international de l’Ardèche (TCFIA). Grâce à cette belle victoire, la Bretonne, 29 ans, a remporté le maillot de la meilleure grimpeuse. Au classement général, Demay termine septième à près de six minutes de la gagnante de cette 20e édition, l’Allemande Antonia Niedermaier (Canyon // SRAM Generation).

Les Madeleines commençaient à se demander si elles n’étaient pas maudites ! Depuis le début de la saison, les filles de Saint-Michel-Auber 93 tournaient autour de cette première victoire. Il aura fallu attendre ce lundi 12 septembre sur la septième et dernière étape du Tour cycliste féminin international de l’Ardèche (TCFIA)pour pour enfin voir Coralie Demay lever les bras sur une course internationale.

« Je suis vraiment contente d’offrir cette victoire à l’équipe. On tourne autour depuis un moment, avec beaucoup de podiums mais ce succès nous manquait. A titre personnel, lever les bras après 3 années, ça fait du bien. Cela concrétise ma saison », a expliqué Coralie Demay sur les réseaux sociaux de la formation francilienne.

Lire Aussi : Le Classement complet du TCFIA

Deuxième sur la Classique Morbihan, le 13 mai, et le 7 août sur la dernière étape du Tour des Pyrénées à Lourdes, la Morbihannaise, âgée de 29 ans, espérait retrouver le chemin de la victoire. Pour trouver trace de son dernier succès sur la route, il faut remonter au 18 août 2019.

En s’imposant en solitaire à Privas, la Bretonne a rompu avec le signe indien. À cette occasion, la sociétaire de St-Michel-Auber 93 en a profité pour remporter le classement de la meilleure grimpeuse.

Au général, la Bretonnetermine septième à près de six minutes de la lauréate de cette 20e édition, l’Allemande Antonia Niedermaier (Canyon // SRAM Generation). Cela reste tout de même de bon augure pour cette fin de saison avec en ligne de mire les championnats du monde de cyclisme sur route qui auront lieu du 18 au 26 septembre en Australie.

Pauline Déroulède rate sa première à l’US Open

Pauline Déroulède rate sa première à l’US Open

Pour sa première participation à l’US Open, Pauline Déroulède s’est inclinée face à l’Allemande Katharina Kruger (6-2, 7-5), ce mercredi dès son entrée en lice à New-York. La Française tentera de faire mieux en doubles

Quelle frustration ! Pour ses grands débuts à l’US Open, Pauline Déroulède n’aura pas réussi à franchir le cap du premier tour. La Française n’a pas trouvé les solutions contre Katharina Kruger. Elle s’est fort logiquement inclinée en deux sets face à l’Allemande (6-2, 7-5), ce mercredi à Flushing Meadows.

« J’ai joué face à une joueuse qui a fait un très bon match et qui a plusieurs d’années d’expérience sur le circuit à son actif, c’est le jeu », a-t-elle précise sur ses réseaux sociaux.

Pour sa part, la Parisienne aura été prise par la pression de cet événement. « Tétanisée par l’enjeu de ce premier Grand Chelem, je n’ai jamais pu me libérer et jouer mon tennis. J’ai sous-estimé ce stress et pensais échapper à cette pression mais elle aura eu raison de moi, cette fois-ci », a-t-elle rappelé. Pauline Déroulède est prévenue pour la prochaine fois. Et peut-être plus vite que prévue puisqu’elle disputera le double à New-York avec l’Allemande Katharina Kruger.

C’est l’heure de la rentrée pour la Stella Saint-Maur

C’est l’heure de la rentrée pour la Stella Saint-Maur

C’est reparti pour la Stella Saint-Maur ! Vice-championne de France, l’an passé en Deuxième Division, les Étoiles lancent leur championnat, ce samedi soir avec la réception du Havre. Une belle occasion pour Mathilde Plotton, et ses partenaires, de réaliser une saison parfaite avec à la clé la montée en Ligue Butagaz Energie (LBE).

Le temps commençait à paraître long pour Mathilde Plotton et ses coéquipières de la Stella Saint-Maur. Depuis le 18 juillet, date de la reprise de l’entraînement, les Franciliennes avaient envie de retrouver le chemin de la compétition.

« On a hâte de démarrer cette nouvelle saison. On sort d’une longue et intense préparation. On a envie de reprendre enfin la compétition. En raison de nos ambitions très élevé cette saison, on a hâte de se confronter aux meilleures équipes pour voir où on en est. Physiquement », nous confie l’arrière gauche de la Stella Saint-Maur, Mathilde Plotton, jointe par téléphone.

Comme on se retrouve ! Il y a un mois, la Stella Saint-Maur s’était imposée face au Havre (31-26), le 3 août dernier en amical. Un mois plus tard, les deux équipes se retrouvent pour lancer leur saison respective en Deuxième Division. Apparemment, les Franciliennes ont bien étudié leur adversaire du soir pour ce premier match officiel.

« Ce n’est jamais simple de démarrer sa saison face au Havre. C’est une équipe prétendante à la montée en Ligue Butagaz Energie (LBE). Même si de nouvelles joueuses ont rejoint Le Havre, on a constaté une grosse densité dans le secteur central. De notre côté, on va essayer de bien faire circuler le ballon pour étirer ce bloc, et ainsi jouer sur l’intervalle extérieur », prévient-elle.

Bien démarrer cette saison

Un plan de jeu qui pourrait fonctionner à la merveille afin de pouvoir décrocher une première victoire à domicile. Une belle occasion pour lancer cette saison en Deuxième Division. Derrière, les Franciliennes auront un calendrier chargé en septembre re et en octobre.

Même si elles pourront se reposer le week-end prochain puisqu’elles sont exemptées du premier tour de la Coupe de France, elles devront défier des concurrents directs à la montée en Ligue Butagaz Energie. Sur le papier, la Stella Saint-Maur, qui a terminé deuxième l’an dernier, semble être l’équipe favorite en Deuxième Division.

Objectif montée en Ligue Butagaz Energie

« Favorites ? Je ne sais pas. Ce sont les autres équipes qui auront à coeur de nous battre dans ce championnat. Nous, on l’assume et on l’accepte, ne s’en cache pas Plotton. Cette année, la petite différence, c’est que huit clubs avec le statut VAP sont prétendants à la montée en Ligue Butagaz Energie. Il y aura forcément plus de concurrence que par le passé. Il est prématuré pour l’instant de dire que l’on est les grandes favorites de ce championnat. On en reparlera une fois la trêve hivernale passée. »

Une chose est sûre, les Étoiles auront à coeur d’accéder à l’élite du handball français féminin afin de ne pas revivre le scénario de l’an passé. « Une saison réussie, ce serait de monter en LBE, et si c’est avec la manière, ce sera encore mieux. Même si on monte avec un petit point d’avance sur notre dauphin, notre saison sera réussie également. Au-delà du résultat, on se concentrera sur la finalité qui compte. Si on monte », avance-t-elle. Espérons que ce voeu se réalisera en fin de saison pour la Stella Saint-Maur…

Le Trophée des Championnes échappe au PSG

Le Trophée des Championnes échappe au PSG

Le Paris Saint-Germain a lancé sa saison, ce dimanche à Dunkerque, à l’occasion du Trophée des Championnes. En manque de justesse dans le dernier geste, les protégées de Gérard Prêcheur, arrivé sur le banc du PSG cet été, ont été cueillies à froid par le réalisme lyonnais (1-0). Rendez-vous maintenant le 9 septembre, avec la réception de Soyaux, pou voir le premier match du club de la capitale en D1 Arkema.

C’est toujours la même rengaine. À la fin, c’est toujours l’Olympique Lyonnais qui soulève la Coupe. Comme en 2019, les protégées de Sonia Bompastor remportent un deuxième Trophée des Championnes, et le premier de leur saison.

Une heure et demie plus tôt, Gérard Prêcheur, arrivé sur le banc du Paris Saint-Germain cet été, avait mis sur le terrain une équipe audacieuse pour contrecarrer les plans de l’Olympique Lyonnais. Même si les partenaires de Kadidiatou Diani ont montré un beau visage sur le terrain, elles auront été cueillies à froid par les championnes d’Europe (1-0, 13e). Derrière, les Parisiennes auront manqué de précision dans le dernier geste.

« Je pense qu’il y a deux émotions. Nous sommes déçues, mais nous sommes aussi fières. Nous sommes toujours en phase de préparation, même si c’était un match avec un titre. Nous voulions le gagner. Je suis fière de l’équipe. Je pense qu’on a fait un beau match. C’est dommage, on avait les occasions. Il faut les mettre au fond », a expliqué Ashley Lawrence sur le site officiel du club parisien.

Le PSG aura le temps de digérer cette défaite avant de lancer sa saison en D1 Arkema. Les joueuses de la capitale débuteront leur championnat avec la réception de Soyaux, le 9 septembre prochain. Les Parisiennes seront impatientes de retrouver l’Olympique, le 10 décembre, pour montrer que cette défaite n’était qu’un incident de départ dans une saison auréolée de trophées pour le PSG.