Aurélie Bresson : « Le sport féminin, c’est la théorie des petits pas »

Entre 2016 et 2020, le taux de volume horaire pour les retransmissions de sport féminin à la télévision était compris entre 16 et 20%. En 2021, elle atteint seulement 4,8%. Alors que chez les compétitions masculines représentent plus de 74%, a-t-on appris ce jeudi 26 janvier au siège de L’Arcom est l’Autorité publique française de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (ARCOM), pour le lancement de l’opération « Sport Féminin Toujours » (30 janvier au 5 février). Pour Aurélie Bresson, la présidente de la Fondation Alice Milliat, l’optimisme peut être de rigueur malgré une situation catastrophique. Aurélie a conscience du chemin qu’il reste à parcourir mais voit également de nombreuses femmes prendre la parole, oser et s’engager pour mettre en avant le sport féminin. Et ce qui est encourageant, c’est de voir les médias radios et TV jouent de plus en plus le jeu. Peut-être que dans dix ans, on aura atteint la parité en terme de médiatisation.

Aurélie, vous venez d’être réélue à la tête de la Fondation Alice Milliat, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Pour moi, c’est la continuité de mes actions. En deux ans de mandats à la tête de la Fondation Alice Milliat, on a constaté une accélération de tous les enjeux liés au développement de la fondation. Évidemment, le fait de devenir présidente m’a permis de m’affirmer mais surtout de faire grandir la cause. Pour le coup, cela va être une vraie continuité d’actions jusqu’aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, et peut-être après…

Quels vont être vos dossiers prioritaires dans les semaines à venir ?

Le prochain événement sera « Les Sportives en Lumière » qui aura lieu à Nice avec le soutien du Musée national du sport. Cette année, le Groupe L’Équipe s’associe à nous pour mettre en avant toutes les productions audiovisuelles autour du sport féminin. On continue de lancer notre challenge connecté depuis sept ans. On essaye d’obtenir plus de collaboration avec les médias et les institutions. Par exemple, on travaille avec le comité d’organisation de Paris 2024 sur la visibilité des équipements sportifs. Aujourd’hui, 90% des infrastructures sportives ne portent pas de noms genrés. Cela passe par plus d’équipements avec le nom d’une sportive car tous les week-ends, que ce soit dans un gymnase ou dans une piscine, c’est ce nom que l’on va retenir le plus souvent. Car mon credo reste donc de rendre visible les invisibles.

Parmi ces dossiers, on retrouve les États généraux du sport féminin, ou des événements de réseaux comme celui organisés à Nantes. Peut-on dire que la place des femmes dans le sport a progressé depuis une décennie ?

En dix ans, on ne peut pas dire qu’il n’y a eu aucun progrès. On a constaté une libération de la parole ou l’émergence de sujets autour de la maternité. Sans oublier le retour des compétitions mixtes et plus d’attentes en terme d’information autour de certaines thématiques du sport féminin. La recherche évolue mais on a toujours besoin de se réunir. Si on fait le point tous les dix ans, cela veut dire que les choses n’avancent pas. Pour le coup, c’était intéressant d’avoir deux événements qui se complètent dans l’écosystème du sport féminin. À Bourges, on avait un travail académique alors qu’à Nantes, on était davantage orienté sur l’aspect sponsoring et business  autour de la pratique sportive féminine. On a besoin de ce genre d’événement pour dire ce qui n’a pas fonctionné ou ce qui devrait fonctionné afin de redonner de l’énergie pour ceux, qui ne sont pas si nombreux que cela, à se battre pour cette cause. Notre objectif est de fédérer au maximum autour du sport féminin afin d’aller le plus vite et le plus loin possible pour plus d’équité.

Ce contenu est réservé aux adhérents

Abonnez-vous !

 

Je me connecte

Une victoire au forceps pour le Paris St-Cloud

Menées deux sets à zéro, les Mariannes ont réussi à s’en sortir en cinq manches face à Levallois (3-2, 23-25, 22-25, 25-17, 25-17, 15-9), ce mardi soir à l’occasion de la 13e journée de la Ligue A Féminine . Un succès qui leur permet de retrouver leur deuxième place au classement général, juste derrière Nante

C’était le match des extrêmes !Ce mardi soir, Levallois, actuellement avant-dernier du championnat, recevait le Paris St-Cloud, deuxième au classement général, à trois points du leader nantais. Durant deux sets, les joueuses des Hauts-de-Seine ont posé d’normes problèmes aux Parisiennes (2-0, 25-23, 25-22). L’exploit était en marche pour Levallois.

Ce contenu est réservé aux adhérents

Abonnez-vous !

 

Je me connecte

Transferts : Roxane Fournier, de retour au bercail

Dix ans après son départ, Roxane Fournier est de retour à la maison ! Pressentie pour intégrer le projet B2B Hôtels-KTM, qui ne verra pas le jour finalement, la sprinteuse tricolore, âgée de 31 ans, s’est engagée avec St-Michel-Mavic-Auber 93 pour la saison prochaine. Un vrai retour aux sources pour la native du Val d’Oise.

Il y a dix ans, Roxane Fournier remportait ses premières courses sur la scène internationale avec l’équipe d’Aubervilliers, qui aujourd’hui s’appelle St-Michel-Mavic-Auber 93. Pressentie pour rejoindre l’équipe B&B Hôtels-KTM dirigée par Jérôme Pineau, qui ne verra finalement pas le jour, la sprinteuse tricolore, âgée de 31 ans, a décidé de s’engager la saison prochaine avec la formation francilienne évoluant en Continental Pro. Histoire de boucler la boucle avec les Madeleines.

Ce contenu est réservé aux adhérents

Abonnez-vous !

 

Je me connecte

Barbora Votikova, de retour à l’entraînement

Blessée gravement au genou, le 30 avril dernier à l’occasion de la demi-finale retour de la Ligue des champions face à l’Olympique Lyonnais, Barbora Votikova semble aller de mieux en mieux. Grâce à des exercices spécifiques mis en place par l’entraîneur des gardines du Paris Saint-Germain, Guillaume Lemire, la Tchèque, âgée de 26 ans, a fait son retour à l’entraînement avec l’équipe première du PSG, début décembre. Une excellente nouvelle pour le club de la capitale de pouvoir compter sur elle pour 2023.

Le temps commençait à paraître long pour Barbora Votikova ! À l’infirmerie depuis une longue période en raison dune rupture des ligaments croisés du genou droit, la Tchèque, âgée de 26 ans, a retrouvé les terrains d’entraînement avec l’équipe première du PSG depuis début décembre. Un long parcours du combattant pour la gardienne du club de la capitale.

Ce contenu est réservé aux adhérents

Abonnez-vous !

 

Je me connecte

Le PSG finit l’année sur une fausse note

Déjà qualifiées pour les quarts de finale, les Parisiennes ont pris une leçon par Chelsea (3-0), ce jeudi soir à l’occasion de la sixième et dernière journée de la pahse de groupes de la Ligue des champions.

Un peu moins d’une semaine après avoir validé leur billet pour les quarts de finale face au Real Madrid (2-1), les joueuses du Paris Saint-Germain visaient la première place de leur groupe, ce jeudi soir à Chelsea. Pour y parvenir, les Parisiennes devaient s’imposer par deux buts d’écart à Stamford Bridge. Malheureusement, les partenaires de Sakina Karchaoui ont pris l’eau en terres londoniennes (3-0).

Ce contenu est réservé aux adhérents

Abonnez-vous !

 

Je me connecte