Marie Patouillet, de retour au bercail

Marie Patouillet est de retour en France ! La double médaillée d’argent sur le 500 mètres départ arrêté et sur l’omnium a atterri ce mardi matin à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle. La licenciée de l’US Créteil est revenue sur son sublime parcours obtenu aux Championnats du monde de cyclisme sur piste handisport à Milton au Canada. Maintenant place au repos et ensuite, la jeune femme repartira sur un nouveau bloc de travail afin d’aller décrocher cette médaille paralympique dans un peu plus de six mois à Tokyo.

Il est un peu plus de 8h30, ce mardi matin, lorsque l’avion de l’équipe de France handisport, en provenance du Canada, se pose sur le tarama de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle. À son bord, on pouvait y retrouver une certaine Marie Patouillet. Malheureusement, peu de monde était présent pour l’accueillir.

« Non, il n’y avait personne pour me récupérer à l’aéroport. Car à l’heure où je suis arrivée à Paris, tout le monde était déjà parti au travail. Ce n’est pas trop grave car mes proches avaient fait le déplacement au Canada pour m’encourager. Ils ont fait du bruit dans les gradins. Maintenant, place au repos car il y a beaucoup de fatigue », nous racontait-elle.

Une semaine inoubliable pour Marie Patouillet

À Milton, Marie Patouillet, entraînée par Grégory Baugé, vient de vivre une semaine inoubliable durant ces Championnats du monde de cyclisme sur piste handisport. « C’était un réel objectif de ma saison. Je voulais savoir si tous les efforts consentis en amont, avec mon entraîneur Grégory Baugé, allaient porter leurs fruits au Canada. Je pense que le contrat est plus que rempli », annonçait-elle. C’est le cas puisqu’elle revient des Mondiaux avec deux médailles d’argent décrochées sut sur l’omnium.

« Sur le 500m, mon coach m’avait demandé d’établir un nouveau record personnel, et je l’ai fait. Avec temps canon, la deuxième place était donc logique. Et la cerise sur le gateau, je décroche les minimes pour les Jeux Paralympiques de Tokyo2020 », révélait-elle. La licenciée de l’US Créteil ne voulait pas s’arrêter en si bon chemin. Elle a alors décidé de disputer l’omnium jusqu’au bout. En tête après les deux épreuves de sprint, Marie Patouillet était en bonne position pour décrocher un nouveau podium mondial.

« J’étais tellement obnubilée par le podium de l’omnium que je ne pensais pas jouer la victoire sur ce scratch. Je pensais être en fin de peloton alors qu’au final, je termine troisième. Ce n’était que mon deuxième en compétition, et le premier avait été catastrophique », déclarait-elle. Grâce à ce dernier résultat, Marie décroche une seconde médaille d’argent au Canada.

« À Tokyo, j’y vais pour décrocher une médaille, peu importe la couleur du métal »

Au terme d’une telle semaine de compétition, la licenciée de l’US Créteil sait à qui elle le doit. « Je tiens à remercier Grégory Baugé qui croit beaucoup en moi. Il est très fier de ce que j’ai pu réaliser à Milton. Cela ne fait seulement quelques mois que l’on travaille ensemble. On repart alors des Mondiaux plus motivés que jamais pour aller chercher cette médaille paralympique à Tokuo », prévenait-elle. Désormais, elle sait ce qui lui reste à bosser pour réaliser son rêve.

« Tout d’abord, on avait axé notre travail sur l’aspect physique. Maintenant, on va se focaliser sur les spécificités de la vitesse afin d’améliorer encore mes temps. Car aujourd’hui, il me manque un peu de masse musculaire dans le haut du corps comparée à mes adversaires qui tournent en 36 secondes. Mais vous allez voir une Marie Patouillet plus forte et plus rapide », soufflait-elle.

Désormais, elle sait qu’elle arrivera aux Jeux Paralympiques de Tokyo avec une étiquette de favorite à la victoire finale. Et ses adversaires l’ont d’âpres et déjà compris. « Aux Mondiaux, certaines sont venues me féliciter pour mes progrès réalisés en moins d’un an. Et d’autres se sont rassurées en sachant que je serai uniquement alignée sur les épreuves de vitesse. Mais mon objectif, il est clair, à Tokyo, j’y vais pour chercher la médaille, peu importe la couleur du métal », avançait-elle. Au Japon, dans un peu plus de six mois, Marie Patouillet pourrait bien ‘crier l’une des plus belles pages de sa jeune carrière de pistarde.

Marie Patouillet est de retour en France après un Mondial plus que réussi au Canada (Crédit photo : Fédération Française Handisport)