La Coupe de France pour le PSG

La Coupe de France pour le PSG

Comme attendu, le Paris Saint-Germain a remporté la Coupe de France. Les Parisiennes ont corrigé Yzeure, pensionnaire de deuxième division, (8-0), ce dimanche en finale à Dijon. Les partenaires de Marie-Antoinette Katoto décrochent un troisième trophée dans cette compétition après ceux obtenus en 2010 et 2018.

Deux semaines après son élimination face à l’Olympique Lyonnais en demies de la Ligue des champions, le Paris Saint-Germain voulait au moins terminer la saison avec un trophée. C’est chose faite face à Yzeure.

Ce dimanche, en finale, le PSG aura été sans pitié face aux protégées d’Ophélie Meilleroux, pensionnaires de deuxième division. Plus rapides, plus percutantes, plus à l’aise techniquement, les championnes de France avaient déjà inscrit cinq buts en moins d’un quart de jeu.

« On disait qu’il fallait être très respectueux de l’adversaire. On savait qu’il y avait une division d’écart entre les deux équipes. Il ne faut pas galvauder cette coupe dans la mesure où on a éliminé Lyon, Dijon, Fleury chez eux. C’était un vrai parcours. Les plus gros morceaux au départ pour arriver ensuite sur une équipe très méritante. Un coup de chapeau à cette équipe d’Yzeure qui est arrivée en finale et un vrai coup de chapeau à notre équipe, à toutes les filles qui ont été au top. C’est bien d’écrire des lignes sur ce livre », a réagi le coach du PSG, Didier Ollé-Nicolle, sur le site officiel du club parisien.

Sara Däbritz parachève le succès parisien

Après avoir éliminé respectivement Lyon, Montpellier et Fleury, le PSG ne pouvait pas se permettre de perdre cette finale face à un club amateur. Cela aurait été perçu comme un accident industriel. Finalement, les Parisiennes ont montré qu’il existe bien un monde entre l’équipe professionnelle et le pensionnaire de deuxième division, dont son budget avoisine les 3 00 000 euros.

Car la saison du club de l’Allier est réussie. Troisième de son championnat, les partenaires de Clara Moreira auront eu l’occasion de disputer cette finale de la Coupe de France face aux championnes de France. La marche était trop haute pour Yzeure. Même si les coéquipières de Christine Manie auront tenté quelques escarmouches en deuxième période, Sara Däbritz parachève le succès parisien et offre une troisième coupe nationale au club de la capitale.

« On savait que le PSG avait des qualités supérieures aux nôtres. Le mot d’ordre, c’était de se faire plaisir, de n’avoir aucun regret. Ce match a permis à mes joueuses de se confronter aux meilleures et de voir la marge de progression qu’elles ont. Malgré le score, on n’a rien lâché. Je suis fière de mes joueuses. Et je remercie nos supporters qui sont venus très nombreux. Depuis les quarts de finale, on a senti un vrai engouement. L’équipe a transmis des valeurs cette saison auxquelles le public adhère », a rappelé l’entraîneure du FF Yzeure, Ophélie Meilleroux, à nos confrères de La Montagne.

« C’est une immense joie pour le club. Notre parcours dans la compétition démontre les ressources mentales exceptionnelles de notre équipe féminine, qui a éliminé des candidats à la victoire finale avant de soulever le trophée aujourd’hui (dimanche). Cette saison encore, nos joueuses ajoutent un titre au palmarès du Paris Saint-Germain. Nous pouvons être fiers des performances qu’elles ont réalisées, avec l’aide précieuse de notre staff et des collaborateurs du club ainsi que le soutien de nos supporters. Ce succès majeur et l’engouement historique autour de notre section féminine nous invitent à regarder l’avenir avec beaucoup d’ambition », a précisé le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi.

Paris n’aura pas eu beaucoup de temps pour célèbrer ce trophée car la saison n’est pas encore terminée pour le club de la capitale. À deux journées de la fin en D1 Arkéma, le PSG est toujours en lice pour conserver son titre de championne de France, et ainsi réaliser le doublé coupe/championnat.

Coralie Demay, toute proche d’une victoire sur ses terres

Coralie Demay, toute proche d’une victoire sur ses terres

Coralie Demay, âgée de 29 ans, a failli s’imposer sur ses terres. La Bretonne de la formation de St-Michel-Auber 93 termine deuxième sur la Classique Morbihan, ce vendredi pour le compte de la deuxième manche de la Coupe de France élite femmes FDJ. La victoire est revenue à la Chypriote Antri Christoforou. La Morbihannaise espère lever les bras ce samedi sur le Grand Prix du Morbihan.

Coralie Demay avait à coeur de briller sur ses terres. La sociétaire de St-Michel-Auber 93 est passée à deux doigts de la victoire, ce vendredi sur la Classique Morbihan, comptant pour la deuxième manche de la Coupe de France élite femmes FDJ. La Bretonne termine deuxième, juste derrière la Chypriote Antri Christoforou. La Morbihannaise peut dire merci à son équipe pour son excellent travail tout au long de cette journée.

Sur cette épreuve longue de 120 kilomètres entre Josselin et Grand-Champ, l’équipe St-Michel-Auber 93 a a été à l’offensive sur cette Classique Morbihan. Océane Tessier attaque la première avant que ce soit au tour de Margot Pompanon de tenter sa chance. C’est finalement Coralie Demay qui prend la bonne échappée. Présente dans un groupe de neuf filles, la Morbihannaise a réussi à suivre la Chypriote et la Néerlandaise Femke Markus pour se disputer la victoire à trois à Grand-Champ.

« J’aurais aimé gagner mais elle était plus forte. J’ai un petit peu paniqué dans le final car j’avais peur que ça revienne de l’arrière. Je me suis retrouvée à l’avant du groupe et les deux autres ne voulaient plus passer en bas de la bosse. Je ne voulais pas m’arrêter de rouler ou qu’on se regarde de trop. Quand elle a attaqué, je n’ai pas pu suivre. Je suis restée dans la roue de la Parkhotel (Femke Markus, NDLR) pour ensuite passer et faire 2. J’aurais préféré offrir la victoire à l’équipe », a-t-elle déclaré à nos confrères de DirectVélo. Coralie Demay pourrait prendre sa revanche, ce samedi sur le GP Morbihan.

La FFC et la FDJ lancent la Coupe de France élite femmes

La FFC et la FDJ lancent la Coupe de France élite femmes

A moins de cent jours du grand départ du Tour de France Femmes avec Zwift depuis le pied de la tour Eiffel, la Fédération française de cyclisme et le groupe FDJ s’associent pour lancer la première édition de la Coupe de France élite femme FDJ. Espérons que cette nouvelle épreuve ne viendra pas faire de l’ombre à la Coupe de France pour les équipes tricolores évoluant en National 1 et 2. En attendant de voir, rendez-vous ce dimanche sur le Grand Prix de Chambéry pour découvrir ce nouveau format.

« À mon époque, je devais faire quatre heures de voiture pour participer à une course féminine. Le plus souvent du temps, je devais courir avec les garçons car il n’y en avait pas », se rappelle la directrice du Tour de France femmes avec Zwift, Marion Rousse. Un temps bien révolu puisqu’aujourd’hui, il existe de plus en plus des épreuves pour les filles.

Parmi elles, une nouvelle compétition va voir le jour. Ce lundi 11 avril, la Fédération française de cyclisme, avec FDJ, a annoncé le lancement de la Coupe de France élite femmes. Cette épreuve sera composée de huit manches qui se dérouleront chacune sur une journée. Une bonne nouvelle pour le développement du cyclisme féminin.

Cette nouvelle compétition sera réservée aux formations inscrites à l’Union cycliste internationales (UCI) qu’elles soient françaises ou étrangères. Par ailleurs, les N1 tricolores seront invitées sur ces courses. Pourtant, une Coupe de France ouverte uniquement aux évoluant en et 2 existe déjà. On s’y perd un peu.

« Moi-même, j’étais un peu perdue lorsque j’ai lu cette annonce car je me dit que cela existait déjà. On est d’accord là-dessus, précise-t-elle. Vous savez, les premières années sont toujours difficiles à gérer.  Il va falloir un peu de temps pour que l’on trouve des solutions pour que l’on aille tous dans le même sens pour faire évoluer le cyclisme féminin. »

Trouver des passerelles entre les deux compétitions nationales femmes

L’idée serait peut-être de réussir à trouver des passerelles entre ces deux compétitions. Cela permettrait aux jeunes filles, qui arrivent dans le monde du cyclisme, de gravir doucement mais sûrement les échelons jusqu’au plus haut niveau.

Car c’est en travaillant main dans la main, et non l’un contre l’autre, que l’on pourra réduire l’écart de niveau entre les équipes de National 1 et 2 français et celles qui évoluent en World Tour.

Peut-être que cette Coupe de France élite femmes, qui débute ce dimanche à Chambéry, pourra y parvenir. C’est l’avenir qui nous le dira…

 Les huit manches au programme :

17/04 – Grand Prix Féminin de Chambéry (1.1)

13/05 – La Classique Morbihan (1.1)
14/05 – Grand Prix du Morbihan Femmes (1.1)

13/08 – La Périgord Ladies (1.2)

14/08 – La Picto-Charentaise (1.2)
25/08 – Kreiz Breizh Elites Féminin (1.1)
11/09 – La Choralis Fourmies Féminine (1.2)
18/09 – Grand Prix International d’Isbergues-Pas de Calais Féminin (1.2)

Laura Guégan, au pied du podium

Laura Guégan, au pied du podium

À l’occasion de la deuxième manche de la Coupe de France National 2, Laura Guégan termine au pied du podium, ce samedi 9 avril sur le Grand Prix Chardonnay (Saône-et-Loire). La victoire est revenue à Chloé Schoenenberger. Prochain rendez-vous, le 1er mai sur le Chrono 47. 

Laura Guégan tourne autour d’une première victoire en Coupe de France. Après sa onzième place décrochée sur les Boucles Guégonnaises, le 26 mars dernier lors de la manche inaugural du calendrier national en deuxième division, la sociétaire du Sprinteur club féminin (SCF) a échoué au pied du podium sur le Grand Prix Chardonnay.

Lire Aussi : Le Classement

Ce samedi 9 a avril au matin, sur un circuit exigeant de 7,8 kilomètres à parcourir à 11 reprises, Laura Guégan aurait dû abandonner dès les premiers tours en raison d’un problème mécanique. Heureusement pour elle, son mulet lui a permis de rester en course. Mais dans l’emballage final, Laura n’aura rien pu faire face à Chloé Schoenenberger qui s’impose au sprint.

Au vu des événements de course, Laura Guégan peut se satisfaire de cette belle quatrième place. Grâce à ce bon résultat, le Sprinteur club féminin pointe à la sixième place au classement général en National 2. Prochain rendez-vous, le 1er mai sur le Chrono 47.

Les Yvelines, terres de cyclisme

Les Yvelines, terres de cyclisme

Quelle belle journée pour la promotion du cyclisme féminin en Île-de-France ! Ce dimanche 26 septembre 2021, à l’occasion de la SUD Yvelines, comptant pour la finale de la Coupe de France de cyclisme sur route, Ladies Sports était présent à la Celle-les-Bordes (Yvelines) pour mettre en lumière tout le travail effectué les organisateurs en faveur du cyclisme féminin. Un reportage signé par Marie-Lopez Vivanco et Laurent Torton pour la Fédération française de cyclisme (FFC).