Le Trophée des Championnes échappe au PSG

Le Trophée des Championnes échappe au PSG

Le Paris Saint-Germain a lancé sa saison, ce dimanche à Dunkerque, à l’occasion du Trophée des Championnes. En manque de justesse dans le dernier geste, les protégées de Gérard Prêcheur, arrivé sur le banc du PSG cet été, ont été cueillies à froid par le réalisme lyonnais (1-0). Rendez-vous maintenant le 9 septembre, avec la réception de Soyaux, pou voir le premier match du club de la capitale en D1 Arkema.

C’est toujours la même rengaine. À la fin, c’est toujours l’Olympique Lyonnais qui soulève la Coupe. Comme en 2019, les protégées de Sonia Bompastor remportent un deuxième Trophée des Championnes, et le premier de leur saison.

Une heure et demie plus tôt, Gérard Prêcheur, arrivé sur le banc du Paris Saint-Germain cet été, avait mis sur le terrain une équipe audacieuse pour contrecarrer les plans de l’Olympique Lyonnais. Même si les partenaires de Kadidiatou Diani ont montré un beau visage sur le terrain, elles auront été cueillies à froid par les championnes d’Europe (1-0, 13e). Derrière, les Parisiennes auront manqué de précision dans le dernier geste.

« Je pense qu’il y a deux émotions. Nous sommes déçues, mais nous sommes aussi fières. Nous sommes toujours en phase de préparation, même si c’était un match avec un titre. Nous voulions le gagner. Je suis fière de l’équipe. Je pense qu’on a fait un beau match. C’est dommage, on avait les occasions. Il faut les mettre au fond », a expliqué Ashley Lawrence sur le site officiel du club parisien.

Le PSG aura le temps de digérer cette défaite avant de lancer sa saison en D1 Arkema. Les joueuses de la capitale débuteront leur championnat avec la réception de Soyaux, le 9 septembre prochain. Les Parisiennes seront impatientes de retrouver l’Olympique, le 10 décembre, pour montrer que cette défaite n’était qu’un incident de départ dans une saison auréolée de trophées pour le PSG.

Le Paris FC part à la conquête de la Ligue des champions

Le Paris FC part à la conquête de la Ligue des champions

Troisième de D1 Arlema, le Paris FC démarre sa campagne européenne. Ce jeudi en terres écossaises, les partenaires de Julie Soyer devront d’abord se défaire du Servette FC Chinois féminin avant de retrouver dimanche 21 août le vainqueur du match entre Glasgow et l’AS Roma. Les protégées de Sandrine Soubeyrand veulent s’offrir une chance de disputer le second tour de qualification de la plus prestigieuse des coupes d’Europe en septembre face à une des grosses écuries du football féminin européen. Une belle occasion pour le Paris FC décrire une nouvelle page de sa jeune histoire.

Dix ans après sa dernière apparition sur la scène européenne sous le nom du FCF Juvisy, le Paris FC, qui a fusionné avec le club de l’Essonne en 2017, va tenter de se qualifier pour la première fois de son histoire pour la phase de groupes de la Ligue des champions. Pour certaines joueuses comme anaïg Butel, déjà présente en 2013 avec Juvisy, l’objectif sera de passer ce premier tour de qualification pour la plus prestigieuse des coupes d’Europe.

À l’issue de ce mini-championnat, les Parisiennes, troisièmes en D1 Arkema, pourraient, en cas de succès, se qualifier pour un second tour, et ainsi faire aussi bien voire mieux que les Girondins de Bordeaux au même stade de la compétition. Leur marathon européen débute ce jeudi à Glasgow.

« On a hâte d’y être puisque cela fait presque six semaines qu’on se prépare pour ce rendez-vous. C’est un événement, le premier match de Ligue des champions de l’histoire du Paris FC*, il y a forcément beaucoup d’envie et d’excitation. On a vraiment hâte d’en découdre », explique l’entraîneure du Paris FC, Sandrine Soubeyrand, sur le site officiel de la Fédération française de football (FFF).

Pour leur premier match dans ce mini-championnat, les coéquipières de Julie Soyer affronteront le Servette FC Chinois féminin. Un adversaire coriace pour le Paris FC. En effet, la formation suisse reste sur une participation à la phase de poules de la dernière Ligue des champions et aura à coeur d’y retourner cette année. Les Parisiennes ont préparé ce match avec sérieux.

« Nous avons observé leurs rencontres, essayé de récupérer le maximum d’information à leur sujet même s’il y a eu pas mal de recrues ce qui crée de l’incertitude. C’est aussi ça le charme de cette compétition, cela change des adversaires que nous avons l’habitude de jouer et c’est une chance de se mesurer à d’autres styles de football », avance la technicienne parisienne.

Une belle occasion pour voir le vrai niveau du Paris FC sur la scène européenne. Face à de tels adversaires, l’objectif est clair : les partenaires de Gaëtane Thiney veulent remporter leur deux matches à Glasgow pour franchir ce premier tour et ainsi s’offrir une chance de disputer en septembre un match aller-retour face à une grosse écurie européenne du football féminin.

« Se qualifier a toujours été l’objectif du club depuis la fusion avec Juvisy en 2017. La Ligue des champions vient récompenser notre superbe saison l’an dernier. On suit la ligne de route qui nous est fixée. Le groupe a beaucoup changé depuis l’époque Juvisy. Il a fallu reconstruire une équipe stable et repartir sur de bonnes bases. C’est fait et aujourd’hui on a tout pour continuer cette aventure », révèle la défenseure du Paris FC, Anaïg Butel, à nos confrères de Ouest France.

Ce jeudi en terres écossaises, les Parisiennes espèrent écrire la première page de leur nouvelle histoire sur la scène européenne.

Record d’audiences pour les Bleues

Record d’audiences pour les Bleues

C’était une première depuis dix ans ! Les coéquipières de Kadidiatou Diani ont buté aux portes de la finale face à l’Allemagne (2-1), ce mercredi soir à Milton Keynes (Angleterre). Peut-être que les records d’audiences sur TF1 et Canal+ arriveront un tant soit peu à les consoler.

Il y avait foule devant la télévision pour suivre la demie des Bleues. Pour la première fois depuis dix ans, les partenaires de Kadidiatou Diani ont rejoint le dernier carré d’un grand tournoi international. Il faut remonter aux Jeux olympiques de Londres en 2012 pour trouver trace d’une telle performance. Malheureusement, les coéquipières de Sakina Karchaoui ont buté sur l’Allemagne (2-1), ce mercredi soir à Milton Keynes.

Même si le rêve d’une première finale européenne s’est envolé, la rencontre des Bleues a battu des records d’audiences sur TF1 et Canal+. En effet, ils étaient 6,2 millions à suivre l’élimination de l’équipe de France sur la première chaîne française.

Pour TF1, c’est la meilleure audience jamais enregistrée pour un match des Bleues dans un Championnat d’Europe. Une belle performance réalisée par la Une depuis la Coupe du monde qui avait eu lieu en France en 2019. À cette époque, TF1 avait réuni plus de 10 millions de supporters devant leur écran pour suivre la victoire des Bleues face au Brésil (2-1) en huitièmes de finale. Ce mercredi, la première chaîne a réalisé une part de marché (PDA) s’élevant à 32,6% pour cette demi-finale de l’Euro, selon les chiffres de Médiamétrie publiés ce jeudi.

De son côté, les partenaires d’Ouleymata Sarr ont également captivé 811.000 téléspectateurs sur Canal+, le co-diffuseur de cet Euro. La chaîne cryptée a même enregistré un pic à 877 000 lors de l’égalisation française. Rendez-vous en 2023 à la Coupe du monde en Australie et Nouvelle-Zélande pour faire aussi bien voire mieux…