Le PSG verra bien la Ligue des champions

Le PSG verra bien la Ligue des champions

Grâce à des buts de Lieke Martens et Kadidiatou Diani, le Paris Saint-Germain s’est imposé face au BK Häcken (2-0), ce mercredi pour le compte du match retour de barrages d’accession à la Ligue des champions. Grâce à ce succès, les Parisiennes ont composté leur billet pour la phase de groupes de la Coupe aux grandes oreilles. Le tirage au sort aura lieu ce lundi 3 octobre à Nyon (Suisse).

Obligées de passer par un tour de barrages, les filles du Paris Saint-Germain ont passé l’obstacle du BK Häcken avec brio. Victorieuses à l’aller (2-1), les Parisiennes ont pu compter sur ses deux joueuses phares du moment pour s’imposer en Suède (2-0),, lors de ce match retour de qualification pour la Coupe aux grandes oreilles. Grâce à ce succès, les protégées de Gérard Prêcheur verront bien la phase de groupes de la Ligue des champions.

Ce mercredi soir en Suède, les joueuses de la capitale ont réalisé une belle prestation. Malgré une première période un peu terne, les Parisiennes ont accéléré au retour des vestiaires. Sur un centre de Ramona Bachmann, Lieke Martens, déjà buteuse à l’aller, ouvre le score pour le PSG (1-0, 53e). Quelques minutes plus tard, c’est Kadidiatou Diani, auteure de cinq buts sur les cinq rencontres depuis le début de la saison, scelle le sort de cette rencontre en inscrivant le second but pour le club de la capitale (2-0, 60e).

« Le plus important aujourd’hui c’était d’assurer la qualification. Cela n’a pas été facile, nous sommes allées chercher le premier but en seconde période, le plus important c’est que nous nous sommes qualifiées et imposées 2-0. Je ressens de la joie ce soir, on a réussi à franchir une première étape, maintenant on va entrer dans le vif du sujet », a réagi Kadidiatou Diani au micro des médias du club parisien.

Demi-finaliste de la précédente édition, les partenaires de Grace Geyoro tenteront de viser plus haut cette année sur la scène européenne. Le tirage au sort de la phase de groupes aura lieu ce lundi 3 octobre en début d’après-midi à Nyon (Suisse).

Le Trophée des Championnes échappe au PSG

Le Trophée des Championnes échappe au PSG

Le Paris Saint-Germain a lancé sa saison, ce dimanche à Dunkerque, à l’occasion du Trophée des Championnes. En manque de justesse dans le dernier geste, les protégées de Gérard Prêcheur, arrivé sur le banc du PSG cet été, ont été cueillies à froid par le réalisme lyonnais (1-0). Rendez-vous maintenant le 9 septembre, avec la réception de Soyaux, pou voir le premier match du club de la capitale en D1 Arkema.

C’est toujours la même rengaine. À la fin, c’est toujours l’Olympique Lyonnais qui soulève la Coupe. Comme en 2019, les protégées de Sonia Bompastor remportent un deuxième Trophée des Championnes, et le premier de leur saison.

Une heure et demie plus tôt, Gérard Prêcheur, arrivé sur le banc du Paris Saint-Germain cet été, avait mis sur le terrain une équipe audacieuse pour contrecarrer les plans de l’Olympique Lyonnais. Même si les partenaires de Kadidiatou Diani ont montré un beau visage sur le terrain, elles auront été cueillies à froid par les championnes d’Europe (1-0, 13e). Derrière, les Parisiennes auront manqué de précision dans le dernier geste.

« Je pense qu’il y a deux émotions. Nous sommes déçues, mais nous sommes aussi fières. Nous sommes toujours en phase de préparation, même si c’était un match avec un titre. Nous voulions le gagner. Je suis fière de l’équipe. Je pense qu’on a fait un beau match. C’est dommage, on avait les occasions. Il faut les mettre au fond », a expliqué Ashley Lawrence sur le site officiel du club parisien.

Le PSG aura le temps de digérer cette défaite avant de lancer sa saison en D1 Arkema. Les joueuses de la capitale débuteront leur championnat avec la réception de Soyaux, le 9 septembre prochain. Les Parisiennes seront impatientes de retrouver l’Olympique, le 10 décembre, pour montrer que cette défaite n’était qu’un incident de départ dans une saison auréolée de trophées pour le PSG.

Kadidiatou Diani, enfin juteuse dans un Euro

Kadidiatou Diani, enfin juteuse dans un Euro

Après leur succès inaugural ace à l’Italie (5-1), les Bleues ont assuré l’essentiel contre la Belgique (2-1), ce jeudi soir pour leur second match de poules à Rotherham (Angleterre). À cette occasion, Kadidiatou Diani, 27 ans, a enfin inscrit son premier but sans un grand tournoi le jour de la fête nationale. Tout un symbole pour l’attaquante du Paris Saint-Germain.

Mission accomplie pour les Bleues ! Après leur succès inaugural face à l’Italie (5-1), les partenaires de Clara Matéo ont assuré l’essentiel face à la Belgique (2-1), ce jeudi 14 juillet à Rotherham (Angleterre). Grâce à cette deuxième victoire en deux matches, les Tricolores sont déjà qualifiées pour les quarts. Pour arranger les choses, les protégées de Corinne Diacre sont également assurées de terminer premières de leur groupe avant même de disputer la dernière rencontre de poules face à l’Islande, lundi soir.

En attendant ce duel contre les Islandaises, cette seconde affiche du groupe D entre la France et la Belgique ne restera pas dans les annales de l’Euro. Pourtant, Kadiditou Diani, âgée de 27 ans, aura pu se mettre en évidence dans une soirée laborieuse dans le contenu de jeu de l’équipe de France.

Intenable depuis de l’Euro, l’attaquante du Paris Saint-Germain (73 sélections et 19 buts) tournait autour depuis longtemps. Après six minutes de jeu, sur un centre de Clara Matéo, La Parisienne a enfin débloqué son compteur en inscrivant enfin son premier but en sélection nationale dans une grand compétition internationale/ Et en plus, le jour de la fête nationale. Tout un symbole pour la joueuse du PSG.

La Parisienne aurait pu même inscrire son premier doublé dans un Euro avec l’équipe de France. Malheureusement sa frappe heurte le poteau de la gardienne belge (15e). Kadidiatou Diani peut sortir à l’heure de jeu avec le sentiment du devoir accompli. Et même un peu plus…

« C’est beaucoup de fierté. Je suis vraiment très contente d’avoir enfin marqué mon premier but en grande compétition. Je suis contente  », se réjouit-elle, au micro de de TF1. La Parisienne espère ne pas s’arrêter en si bon chemin dans cette compétition.

Lieke Martens débarque à Paris

Lieke Martens débarque à Paris

En fin de contrat avec le FC Barcelone, Lieke Martens s’est engagée, ce vendredi, avec le Paris Saint-Germain. L’attaquante néerlandaise de 29 ans sera liée au club de la capitale jusqu’en 2025.

Quel joli coup réalisé par le Paris Saint-Germain. Le club de la capitale a annoncé, ce vendredi, la signature de Lieke Martens pour les trois prochaines saisons. L’attaquante néerlandaise s’est liée avec le PSG jusqu’au 30 juin 2025.

« Je suis très heureuse, c’est une grande fierté de pouvoir rejoindre ce club incroyable pour trois saisons. Je suis très impatiente de commencer », a-t-elle expliqué sur le site du PSG.

Arrivée en provenance du FC Barcelone, l’attaquante néerlandaise de 29 ans avait envie de relever un nouveau challenge sportif à Paris. « J’ai toujours suivi et aimé ce club. C’est une équipe qui a beaucoup performé ces dernières années, on le voit par ces résultats sur la scène nationale et européenne. Le Paris Saint-Germain peut accomplir de très grandes choses », précise-t-elle.

Avant de faire de grandes choses avec le PSG, Lieke Martens a prouvé qu’elle était devenue l’une des meilleures joueuses de la planète football depuis ses débuts en professionnelle à l’âge de 17 ans. Après avoir évolué dans différents championnats étrangers, la Néerlandaise a posé ses valises au FC Barcelone, il y a cinq ans.

Lieke Martens : « Être au service de mes coéquipières »

Durant son passage au Barça, la Batave a décroché neuf titres nationaux ainsi qu’une Ligue des champions. Lors de sa dernière saison en Première Division, elle a inscrit 16 uns en 21 matches. La nouvelle recrue parisienne espère apporter toute son expérience dans ce nouveau projet sportif.

« J’ai beaucoup d’expérience, et j’espère que c’est quelque chose que je peux apporter. Je suis une joueuse offensive, qui aime créer du jeu, je veux pouvoir aider l’équipe sur et en dehors du terrain. Je veux être au service de mes coéquipières », avance-t-elle. Une recrue de poids qui pourra sans doute permettre au PSG de rafler la mise tant sur la scène nationale qu’européenne…

La Coupe de France pour le PSG

La Coupe de France pour le PSG

Comme attendu, le Paris Saint-Germain a remporté la Coupe de France. Les Parisiennes ont corrigé Yzeure, pensionnaire de deuxième division, (8-0), ce dimanche en finale à Dijon. Les partenaires de Marie-Antoinette Katoto décrochent un troisième trophée dans cette compétition après ceux obtenus en 2010 et 2018.

Deux semaines après son élimination face à l’Olympique Lyonnais en demies de la Ligue des champions, le Paris Saint-Germain voulait au moins terminer la saison avec un trophée. C’est chose faite face à Yzeure.

Ce dimanche, en finale, le PSG aura été sans pitié face aux protégées d’Ophélie Meilleroux, pensionnaires de deuxième division. Plus rapides, plus percutantes, plus à l’aise techniquement, les championnes de France avaient déjà inscrit cinq buts en moins d’un quart de jeu.

« On disait qu’il fallait être très respectueux de l’adversaire. On savait qu’il y avait une division d’écart entre les deux équipes. Il ne faut pas galvauder cette coupe dans la mesure où on a éliminé Lyon, Dijon, Fleury chez eux. C’était un vrai parcours. Les plus gros morceaux au départ pour arriver ensuite sur une équipe très méritante. Un coup de chapeau à cette équipe d’Yzeure qui est arrivée en finale et un vrai coup de chapeau à notre équipe, à toutes les filles qui ont été au top. C’est bien d’écrire des lignes sur ce livre », a réagi le coach du PSG, Didier Ollé-Nicolle, sur le site officiel du club parisien.

Sara Däbritz parachève le succès parisien

Après avoir éliminé respectivement Lyon, Montpellier et Fleury, le PSG ne pouvait pas se permettre de perdre cette finale face à un club amateur. Cela aurait été perçu comme un accident industriel. Finalement, les Parisiennes ont montré qu’il existe bien un monde entre l’équipe professionnelle et le pensionnaire de deuxième division, dont son budget avoisine les 3 00 000 euros.

Car la saison du club de l’Allier est réussie. Troisième de son championnat, les partenaires de Clara Moreira auront eu l’occasion de disputer cette finale de la Coupe de France face aux championnes de France. La marche était trop haute pour Yzeure. Même si les coéquipières de Christine Manie auront tenté quelques escarmouches en deuxième période, Sara Däbritz parachève le succès parisien et offre une troisième coupe nationale au club de la capitale.

« On savait que le PSG avait des qualités supérieures aux nôtres. Le mot d’ordre, c’était de se faire plaisir, de n’avoir aucun regret. Ce match a permis à mes joueuses de se confronter aux meilleures et de voir la marge de progression qu’elles ont. Malgré le score, on n’a rien lâché. Je suis fière de mes joueuses. Et je remercie nos supporters qui sont venus très nombreux. Depuis les quarts de finale, on a senti un vrai engouement. L’équipe a transmis des valeurs cette saison auxquelles le public adhère », a rappelé l’entraîneure du FF Yzeure, Ophélie Meilleroux, à nos confrères de La Montagne.

« C’est une immense joie pour le club. Notre parcours dans la compétition démontre les ressources mentales exceptionnelles de notre équipe féminine, qui a éliminé des candidats à la victoire finale avant de soulever le trophée aujourd’hui (dimanche). Cette saison encore, nos joueuses ajoutent un titre au palmarès du Paris Saint-Germain. Nous pouvons être fiers des performances qu’elles ont réalisées, avec l’aide précieuse de notre staff et des collaborateurs du club ainsi que le soutien de nos supporters. Ce succès majeur et l’engouement historique autour de notre section féminine nous invitent à regarder l’avenir avec beaucoup d’ambition », a précisé le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi.

Paris n’aura pas eu beaucoup de temps pour célèbrer ce trophée car la saison n’est pas encore terminée pour le club de la capitale. À deux journées de la fin en D1 Arkéma, le PSG est toujours en lice pour conserver son titre de championne de France, et ainsi réaliser le doublé coupe/championnat.