Marie-Divine Kouamé, reine du sprint

Cyclisme. Malgré le forfait de Mathilde Gros, juste avant les quarts de finale, la championne du monde du 500 mètres départ arrêté en 2022 a décroché un deuxième titre national après celui glané en 2021 à Bourges. En finale du tournoi de vitesse individuelle, la licenciée de l’US Créteil a dominé en deux manches sa coéquipière Marie-Louisa Drouode. De son côté, Julie Michaux, elle-aussi membre du club val-de-marnais, complète ce podium 100% cristolien.

À toi, à moi ! Depuis trois ans, un duel s’est installé entre Marie-Divine Kouamé et Mathilde Gros au sommet du sprint féminin français. Même si la Provençale reste sur deux titres nationaux consécutifs dans cette discipline, la licenciée de l’US Créteil avait à cœur de prendre sa revanche. Finalement, après le forfait de Mathilde Gros, juste avant le début des quarts de finale du tournoi de vitesse individuelle, Kouamé s’addjuge le titre national dans cette discipline, ce jeudi, à l’occasion de cette première journée des Championnats de France de cyclisme sur piste disputés au Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines.

« Je suis contente car cette journée avait commencé difficilement pour moi. Étant malade depuis quelques jours, je n’étais pas certaine de m’aligner sur cette épreuve. Au final, je suis là et je repars avec le titre national », a avoué Marie-Divine Kouamé au micro d’Eurosport.

Mathilde Gros déclare forfait

Quelques heures plus tôt, on s’attend à vivre un nouveau duel entre Marie-Divine Kouamé et Mathilde Gros. En effet, la championne du monde 2022 de la discipline avait réussi le meilleur temps des qualifications juste devant la licenciée de l’US Créteil.

À l’heure de disputer les quarts de finale, le speaker du vélodrome national annonçait à son micro le forfait de la Provençale. Par conséquent, la jeune Lisz Guillet (18 ans) se qualifiait directement pour le dernier carré de ce tournoi de vitesse individuelle.

De son côté, Marie-Divine ne forçait pour se hisser en demi-finales, et ainsi retrouver sa coéquipière Julie Michaux. Et à ce petit jeu, Kouamé ne sera pas tombée dans le piège tendu par son adversaire pour valider son billet pour la finale. De son côté, Michaux disputera la petite finale et ainsi décrocher le bronze comme l’an dernier.

Lire Aussi : Le classement final 

« C’est toujours intéressant de me frotter à Marie-Divine Kouamé. Bien évidemment, elle est bien plus fort que moi. Cependant, cela m’aide à progresser au quotidien. Et puis, vous savez après ma lourde chute survenue en Pologne, ce Championnat de France n’était pas un objectif pour moi. Mais j’ai tenté un coup face à Marie-Divine mais cela n’a pas fonctionné. Cela me permet d’apprendre de mes erreurs. Certes, je suis un peu frustrée mais je ressors satisfaite de ce tournoi de vitesse », raconte-t-elle après sa belle médaille de bronze obtenue face à sa coéquipière Lisa Guillet.

De son côté, Marie-Louisa Drouode a réussi un beau tournoi de vitesse. Pour ses premiers Championnats de France, la licenciée de l’US Créteil va disputer la grande finale face à Marie-Divine Kouamé. Une belle occasion pour elle d’acquérir plus d’expérience contre des coureuses de ce niveau-là pour celle qui était encore junior il y a quelques temps.

Kouamé, évidemment

« Ce n’est jamais simple de passer du niveau junior à celui des élites. Car, il y a très peu de courses lorsque vous êtes en espoirs. Il faut s’aapter tout e suite au haut niveau. Il faut avoir la bonne technique et savoir prendre la bonne roue. J’ai réussi à le faire pour monter sur ce podium des Championnats de France », précise Marie-Louisa Drouode, au micro d’Eurosport.

Au final, la plus expérimentée des deux jeunes femmes l’emporte en eux manches. Elle décroche par la même occasion son deuxième maillot bleu-blanc-rouge dans cette discipline  après celui obtenu en 2021 à Bourges. Il ne lui reste plus qu’à aller chercher le titre sur le keirin et le 500 mètres départ arrêté pour réaliser le triplé cette semaine à Saint-Quentin-en-Yvelines.

La passe de trois pour Pauline Déroulède

Déjà titrée en 2021 et en 2022, Pauline Déroulède a conservé son titre de championne de France, ce dimanche à Grenoble. En finale, la licenciée du Tennis club de Voisins-le-Bretonneux  a dominé Zoé Maras en deux sets (6-4, 6-3). C’est son troisième sacre sacre d’affilée en Isère.

Les années se suivent et se ressemblent pour Pauline Déroulède ! Déjà consacrée en 2021 et en 2022, la licenciée du Tennis club de Voisins-le-Bretonneux a décroché un troisième titre consécutif de championne de France de tennis-fauteuil, ce dimanche à Grenoble (Isère).« C’est une fierté de réussir ce triplé, je suis heureuse, même si battre des copines françaises n’est pas la finalité de ma carrière  », avoue-t-elle sur le site internet de la Fédération française de tennis (FFT).

Après avoir éliminé Charlotte Fairbank (6-2, 6-0) en demi-finales, la 16e mondiale allait défendre son titre face à Zoé Maras, victorieuse de sa demie contre Emmanuelle Mörch (6-4, 6-4). Ce sera comme un air de déjà vu puisque les deux jeunes femmes s’étaient affrontaient en phase de poules. Et à ce petit jeu, Déroulède avait été expéditive 6-0, 6-2). En finale, on s’attendait à un tout autre scénario.

Ce dimanche, sous des conditions dantesques, Pauline Déroulède aura réussi à garder son calme pour remporter cette finale des Championnats de France disputés à Grenoble (Isère) face à la licenciée du Tennis club de Mions (6-4, 6-3). « Zoé a très bien joué, elle s’est bien adaptée au vent, elle a joué crânement sa chance. Je m’en sors à l’expérience  », précisait-elle. Pauline Déroulède prouve bien qu’elle reste la reine du tennis français féminin en tennis-fauteuil.

Coralie Demay échoue au pied du podium

Cyclisme. Présente dans la bonne échappée à une trentaine de kilomètres de l’arrivée, aux côtés de Victoire Berteau (Cofidis) et Jade Wiel (FDJ-Suez Futuroscope), Coralie Demay espérait décrocher une deuxième médaille, après celle obtenue ,jeudi sur le contre-la-montre. Ce n’était sans compter sur le retour de Marie Le Net, qui prive la coureuse de St-Michel-Mavic-Auber 83 du podium, ce samedi sur la course en ligne des Championnats de France remportés par Victoire Berteau…

Arrivé épuisée, Coralie Demay aura été au bout d’elle-même. Malheureusement, la Morbihannaise de 30 ans n’aura pas été récompensée de tous ses efforts consenties tout au long de cette journée. Présente aux avant-postes; la coureuse de St-Michel-Mavic-Auber 93 terme au pied du podium, ce samedi sur la course en ligne des Championnats de France de cyclisme sur route disputés entre Hazebrouck et Cassel (Nord).

Deux jours après sa médaille de bronze sur le contre-la-montre; Deùay s’attend,daot à vivre une journée en enfer sous une forte chaleur. « J’imagine une course très très dure, à la pédale, avec pas grand-monde à l’arrivée », prevenait-elle sur le site de DirectVelo. 

Lire Aussi : Le Classement complet

Certes la journée s’annonce!ait terrible malgré le nombre de kilomètres limités. Les 124 filles au départ allaient devoir escalader à sept reprises la bosse finale de la porte d’Aire, avec une à 8,8% de moyenne et un passage à 19%. Cela nous prédisait un vrai chantier sur cette course. Mais la formation de St-Michel-Mavic-Auber 93, avec le plus grand contingent sur cette épreuve, avait un plan bien en tête.

« Il fait beau et on est sur un magnifique circuit. J’ai dit aux filles que sur ce parcours exigeant, il faudrait avoir un coup d’avance », indiquait la directrice sportive de St-Michel-Mavic-Auber 893; Charlotte Bravard, au micro d’Eurosport. Une consigne appliquée à la lettre pour les Madeleines.

Coralie Demay toujours dans le bon coup

En effet, Margot Pompanon et Coralie Demay lancent les hostilités dès les premiers kilomètres de course. Les neuf filles ne seront reprises par le groupe des favorites, à une quarantaine de kilomètres de l’arrivée. Malheureusement, c’est le moment où Demay rencontre un souci mécanique. Réparé en express, elle a réussi à intégrer le groupe de tête.

Marie Le Net éjecte Coralie Demay du podium

Mieux encore puisque la coureuse de St-Michel-Mavic-Auber 93 suit l’attaque de Victoire Berteau à trois tours du terme de cette épreuve. Jade Wiel est aussi de la partie dans cette échappée à trois. Les trois fuyardes s’entendent à merveille en tête de la course.

À l’approche du dernier tour, on pense alors que le podium va se jouer entre ces trois jeunes femmes. Ce n’était sans compter sur le retour canon de Marie Le Net à quelques encablures de l’arrivée. La victoire finale allait finalement se jouer à quatre. Et dans les derniers mètres, Victoire Berteau a trouvé les ressources physiques est mentales pour devancer Jade Wiel et Marie Le Net (FDJ-Suez Futuroscope).

« IDans le dernier kilomètre, Marie Le Net prive Coralie (Demay) de cette médaille qu’elle aurait méritée d’avoir. Je pense que les filles de St-Michel-Mavic–Auber 93 n’ont pas de regrets à avoir car Coralie Demay était dans tous les bons coups, Dilyxine Miermont a été costaude dans le groupe des favorites, et Margot Pompanon n’a pas été en reste puisqu’elle était présente dans la première échappée », résumait sa coéquipière, Roxane Fournier, blessée jusqu’à la fin de saison, sur le plateau des Rois de la Pédale. De bon augure à un mois du début du Tour de France femmes avec Zwift.

ChF : Coralie Demay presque à l’heure

Cyclisme. Cinquième l’an passé, Coralie Demay a décroché une belle médaille de bronze, ce jeudi sur le contre-la-montre des Championnats de France de cyclisme sur route entre Hazebrouck et Cassel (Nord). Au terme des 31 kilomètres, la Morbihannaise a terminé à 31 secondes de la gagnante du jour : la Bretonne Cédrine Kerbaol (Cerratizit-WNT Pro Cyclling Team). Ce samedi, sur l’épreuve en ligne, la coureuse de St-Michel-Mavic-Auber 93 tentera d’aller chercher ce maillot bleu-blanc-rouge.

Le 11 mai dernier sur le Bretagne Ladies Tour Cerratizit, Coralie Demay avait battu Audrey Cordon-Ragot et Cédrine Kerbaol sur ce contre-la-montre long d’une vingtaine de kilomètres à Plouay. L’équation était simple pour la Bretonne. La Morbihannaise, âgée de 30 ens, n’avait plus qu’à rééditer cet exploit sur l’exercice en solitaire des Championnats de France de cyclisme sur route. « En me réveillant ce matinCe matin, j’espérais décrocher ce maillot de championne de France  »,, avançait-elle au micro d’Eurosport. Ce jeudi, Demay a terminé troisième de ce chrono entre Hazbrouck et Cassel.

« Je suis contente de ce que j’ai fait, j’étais bien linéaire. J’avais les renseignements des filles parties devant moi. Je me suis calée sur les temps de Marion Borras (sa coéquipière chez St-Michel-Mavic-Auber 93) pour voir si je partais bien sur la partie roulante ou pas », a-t-elle réagi sur DirectVelo

Lire Aussi : Le Classement complet

Sur ce parcours exigeant disputé sur une distance de 31 kilomètres, la coureuse de St-Michel-Mavic-Auber 93 craignait de perdre beaucoup de temps sur ces parties très roulantes. « J’avais très peur de cette première partie où il fallait rouler très fort. Pour ma part, je suis plus à l’aise sur des parcours accidentés, reconnaissait-elle. Comme je rencontre des difficultés à tourner les jambes sur le plat, j’ai opté pour mettre un très gros braquet. Au final, c’était le bon choix. »

Un choix payant puisque Coralie Demay retrouves joies d’un podium depuis 2019. La Bretonne décroche le bronze et termine à 31 secondes de la lauréate du jour, la Bretonne Cédrine Kerbaol (Cerratizit-WNT Pro Cycling Team) qui devance une autre Bretonne en la personne d’Audrey Cordon-Ragot (Human Powered Health).

À noter les belles prestations de Marion Borras (5e), Dilyxine Miermont (6e) et de Margot Pompanon (9e). Un joli tir groupé dans ce top 10 pour les filles de St-Michel-Mavic-Auber 93. De quoi espérer voir une Madeleine endosser ce maillot bleu-blanc-rouge, ce samedi sur l’épreuve en ligne des Championnats de France de cyclisme sur route disputés à Cassel (Nord).

Le patron, c’est bien le Racing Club de France

Ce week-end avait lieu la dernière journée du Championnat de France de hockey sur gazon avant la longue trêve hivernale. À cette occasion, le Racing Club de France a signé un septième succès face à Saint-Germain-en-Laye (2-0), ce dimanche dans les Yvelines. Une victoire qui leur assure la prmeière place au classement général. Rendez-vous en mars prochain pour la suite de la saison.

À l’heure de partir en vacances pour une longue trêve hivernale, le Racing Club de France a réalisé une bon début de saison. Avec une seule défaite et un match nul, le club des Yvelines a clôturé cette première partie du Championnat de France de hockey sur gazon sur une septième victoire face à Saint-Germain-en-Laye (2-0).

Ce dimanche 13 novembre au stade Georges Lefèvre, les protégées de Fabien Tornabene avaient à coeur de remporter ce derby des Yvelines. C’est chose faite grâce à des buts inscrits par l’intermédiaire de Paola Le Nindre, Mathéa Lassale. Les Franciliennes ont conclu cette phase aller avec le sentiment du devoir accompli.

Au classement général, le club des Yvelines conforte sa place de lrader du Championnat de France. Les Yvelinoises, qui comptent trois points d’avance sur leur dauphin Cambrai et cinq sur Lille actuellement troisième, passeront la trêve hivernale avec beaucoup de certitudes. Rendez-vous en mars prochain, avec un déplacement à Lille, pour confirmer cette belle première partie de saison pour le Racing Club de France.